2009

STATE OF GRACE

State of grace

Il s’agirait d’instants de grâce. Il y aurait, au-delà de la solitude, des espaces déserts. On y jouerait de toutes les oppositions, les fleurs et le béton, le doux et le dur, l’ombre et la couleur, la chair et la glace. On verrait des architectures brisées, des perspectives voilées. On pourrait assister à l’éclosion de végétations inattendues.

Thierry Sauvage n’est pas un braconnier. Il ne tend pas de pièges. Il n’emprisonne pas la lumière. Il donne à l’instant le flou suggestif du souvenir. C’est un passant, peut-être un passager. La troisième séquence ne se conclut-elle pas par la vue d’un train traversant la campagne ? Le photographe est à bord mais, ce qu’il photographie au présent, apparaît plus fugace encore par rapport à l’immobilité du paysage.

On sait ce qu’il faut de travail pour donner l’impression de la désinvolture. Thierry Sauvage nous le fait de chic, avec ses photos parfois décadrées, ses couleurs tantôt saturées, tantôt évanescentes. Pour un peu, on penserait en faire autant, et, c’est justement ce qu’il souhaite. Il aimerait que chacun à sa manière, et, selon sa propre imagination, puisse s’emparer de ce qu’il offre.

Son histoire s’efface et laisse apparaître la nôtre. Thierry Sauvage manifeste ce que nous ne savions pas avoir en nous.

Nicole Avril

Exposition à Paris - Parcours 23 - Arnaud Pyvka - Thierry Ssauvage